LE HAUT TOUR DES ÉCRINS 1ÈRE ÉTAPE : DE LA GRAVE À LA BÉRARDE

Niveau technique
Massif : Ecrins
5 jours
3 - 5 personnes (Confirmé à partir de 3 inscrits)
Tarifs : 980,00 €

Voici une entrée en majesté dans le massif des Écrins, un voyage pour rendre visite à la plus grande calotte glaciaire du massif et admirer le glacier de la Meije par la petite fenêtre de la Brèche.


Avec un départ du village de La Grave pour se retrouver au coeur du Vénéon, de l’autre côté de la Meije, les glaciers des Écrins seront sans conteste le fil rouge de cette grande itinérance.
L’alpinisme et son histoire nous accompagneront également au fil des cols et des sommets. Connaissez-vous le refuge du Promontoire au pied de la Meije ? Ou le Révérend Coolidge également à l’honneur sur le sommet qui lui a été dédié ?

Au quotidien, par les cols traversés et les sommets gravis, voici donc un voyage culturel et naturaliste, sportif et contemplatif pour découvrir ou redécouvrir le massif et le Parc National des Écrins.

Tarif 2024 en cours de finalisation. Nous contacter pour réserver vos dates. Contrat de réservation envoyé une fois les tarifs validés

Déroulement du séjour

JOUR 0 : Accueil à La Grave

Rendez-vous au gîte où passerez cette première nuit. Le guide vous accueille puis vérifie votre matériel et le poids de votre sac. Il vous fera ensuite un point sur la météo et les conditions montagne prévues. Il vous accompagnera récupérer le matériel de location si besoin.
Nuit en gîte.

JOUR 1 : De La Grave au refuge Chancel

Une première journée de prise de contact avec le domaine de la haute montagne. 
Grâce au Téléphérique de La Grave, nous voici à 3200 m d’altitude pour un parcours en neige et sur glacier. L’objectif est d’aborder toutes les techniques d’alpinisme qui vous seront nécessaires durant votre périple. Puis il suffira de se laisser « glisser » jusqu’au refuge par le Vallon de Chancel.
Nuit et repas au refuge Chancel.

D+ : environ 300 m. D- : 700 m

JOUR 2 : Du refuge Chancel au refuge de la Selle, par le Dôme de la Lauze

Un réveil matinal pour gravir « à l’ancienne » le Dôme de la Lauze. Pour cela, il suffit de franchir le Col du Lac qui donne accès au glacier de la Girose. Dans l’aube naissante, l’encordement sera de rigueur sur le glacier, avant de plonger depuis le Col de Lauze vers le vallon de la Selle. Un mélange de pentes de neige ou de schiste en fonction de la saison, où un peu d’attention sera nécessaire avant de rejoindre la pelouse alpine à proximité du refuge.
Nuit au refuge de la Selle situé dans le Parc des Écrins.

D+ : 1050 m. D- : 890 m.

JOUR 3 : Du refuge de la Selle au refuge du Chatelleret, par le col et la Tête Sud du Replat

Une belle journée en montagne pour franchir un grand col de l’Oisans et atteindre la vallée des Étançons. La journée commence par une longue traversée pour atteindre le replat du glacier. Ensuite, une pente de neige un peu plus raide mais peu crevassée mène au col du Replat. Le sommet est facultatif, mais il peut être un bon moyen de découvrir une arête rocheuse assez facile (qui peut être enneigée en début de saison). Quant à la descente, hormis le départ un peu raide, tout va bien... Les grandes pentes de neige peuvent faciliter la descente avant la partie finale au-dessus du refuge.

Nuit et repas au refuge du Chatelleret.

Dénivelé : +700/-1080m

JOUR 4 : Du refuge du Chatelleret au refuge du Promontoire

Remonter le vallon des Étançons, c’est surtout un élan vers la Meije, tellement ce sommet emblématique occupe le devant de la scène. Le sentier est bien tracé jusqu’à l’éperon rocheux du Promontoire. Le parcours de cet éperon, en partie équipé, nous propose une expérience encordée en terrain rocheux facile très intéressante, avec une flore alpine remarquable.

Nuit et repas au refuge du Promontoire
D+ : 900 m.

JOUR 5  : Du Refuge du Promontoire à La Bérarde, retour à La Grave.

Profitons un peu des lieux… Car le refuge du Promontoire est un lieu exceptionnel, qui provoque forcément des émotions singulières, que l’on soit simple randonneur ou que l’on parte le lendemain pour la Reine Meije. Peut être irons-nous à la Brèche de la Meije, si les conditions sont bonnes ? Pour un dernier regard vers l’abime de la face Nord avant de redescendre toute la vallée jusqu’au petit hameau de La Bérarde, puis de rentrer à La Grave.
D+ : 300 m. D- : 1400 m

Séparation : à La Grave, vendredi en fin d’après-midi.

NB : Le programme du stage est donné à titre indicatif. Le guide reste seul juge du programme qu’il peut modifier à tout instant, pour des raisons de sécurité, en fonction conditions nivologiques et météorologiques, ou bien encore par rapport au niveau physique et technique des participants.

Projet pédagogique

Nous évoluerons en montagne en trois petites cordées, et en réversible. Ce qui nécessite un apprentissage des techniques d’alpinisme d’encordement et de progression. Et nous prendrons le temps de cet apprentissage, directement sur le terrain et au refuge. Nous utiliserons également la CSV (Cartographie Systémique des Vigilances) Alpinisme pour une préparation minutieuse de nos journées.

Le concept

L’idée de ce programme du Haut Tour des Ecrins par le coeur du massif est de vous le proposer par étape. Vous aurez fait le tour intégral au bout de 5 étapes.

Nombre de participants

5 participants maximum. Ce séjour est soumis à un nombre minimal de 3 participants, vous serez avisés au plus tard 7 jours avant le départ en cas d’annulation. Dans la mesure du possible une solution de remplacement vous sera proposée.

NB : Pour les conditions d’annulation des séjours privatisés (groupes constitués) merci de vous référer à nos conditions de vente

Matériel à prévoir

Possibilité de location du matériel suivi d’un *, vous trouverez un tableau récapitulatif des tarifs de location dans la fiche d’inscription.

La tête

Equipement personnel

La pratique de la haute montagne impose d’être équipé pour faire face à toutes les conditions de temps et d’environnement qui peuvent se révéler très changeantes et très rapidement. Un équipement adapté est gage de sécurité et représente une part essentielle de la réussite et du confort de votre ascension/séjour. 

Vous n’utiliserez pas forcément tous les éléments de cette liste qui peut sembler impressionnante durant votre ascension/séjour, mais il vous faut néanmoins les avoir dans votre sac. 

Tous ces équipements sont techniques et en général assez onéreux. Si vous êtes débutant et que vous souhaitez vivre une première expérience avant d’investir, sachez que nous proposons une partie des ces équipements à la location ; ils sont signalés par une * dans la liste ci-dessous, vous trouverez un tableau récapitulatif des tarifs de location dans la fiche d’inscription.

Important, si vous êtes équipés de votre matériel personnel : la législation à l’égard des E.P.I. (équipements de protection individuelle, il s’agit ici du casque, du baudrier, et des lunettes de soleil) limite l’utilisation du matériel dans le temps. Ils peuvent être utilisés pendant 5 ans à partir de la date d’achat. Au delà de cette date, votre équipement est considéré comme n’étant plus aux normes. Vous pouvez trouver toutes les infos concernant les E.P.I. ici > www.inrs.fr

La tête

En haute altitude, la neige réfléchit les UV et les rayons du soleil ne sont pas aussi bien filtrés par l’atmosphère ; même un ciel nuageux laisse passer 90% des UV, il est donc indispensable de se protéger contre les dangers du soleil

  • Une paire de lunettes de soleil protection classe 4 est vivement conseillée pour tous et très fortement recommandée pour les yeux sensibles. Elles vous seront utiles lors d’un séjour au ski également
  • crème solaire « écran total » (indice 50 recommandé) pour le visage et les lèvres ; pensez à prendre le format le plus petit possible (pas de gros tube)
  • une casquette pour la marche d’approche (privilégier un modèle souple sans grosses coutures que l’on peut porter sous le casque)
  • un masque de ski (indispensable en cas de rafales de vent ou de chutes de neige)
  • un bonnet qui peut se porter sous le casque (sans pompons)
  • un casque* agréé pour l’alpinisme ( 5 ans max depuis la date d’achat)
  • un tour de cou ou Buff (éviter les foulards)
  • une lampe frontale avec des piles chargées !!

Le corps

Le principe, lors d’un effort prolongé en altitude, est de pouvoir superposer différents vêtements en fonction de l’intensité de l’ effort et des conditions atmosphériques (température, vent, chute de neige, pluie), afin de rester le plus au sec possible.

NB : les vêtements de ski ne sont pas adaptés car souvent trop chauds , trop lourds et peu respirants.

Le haut

  • Première couche : un sous-vêtement technique (en mérinos, fibre de bois..., mais pas de coton) manches longues (pour vous protéger des UV et par sécurité en cas de chute)
  • Deuxième couche : une veste polaire ou soft shell légère. L’idéal est qu’elle soit coupe-vent et respirante. A mettre dès que la température fraîchit, en général quand vous arrivez sur le glacier
  • Troisième couche : une doudoune chaude et compressible (synthétique ou duvet, protection -10°C). Elle vous tiendra au chaud lors d’un arrêt prolongé sur l’itinéraire, au sommet le temps de faire les photos, sur la terrasse du refuge, et parfois même en marchant en cas de grand froid
  • Quatrième couche : un coupe-vent type gore tex protégeant contre la pluie et la neige. C’est la veste imperméable qui vous permet de rester au sec en cas d’intempéries. Elle doit être légère et respirante
  • un baudrier* d’alpinisme (5 ans max depuis la date d’achat)

Le bas

  • un collant fin en polaire ou coton, idéalement ¾ pour ne pas faire de sur-épaisseur avec les chaussettes. Il vous servira en cas de grand froid, vous le mettrez si besoin au refuge au départ de l’ascension. Il pourra aussi vous servir de vêtement de nuit
  • un pantalon d’alpinisme : un pantalon d’alpinisme est déperlant, coupe vent, respirant et résistant. Vous pouvez aussi prendre un pantalon de randonnée ou trekking pas trop léger
    NB : les pantalons d’alpinisme n’existent pas à la location
  • un sur-pantalon en GoreTex ou matière équivalente : c’est un pantalon très léger que vous mettrez sur votre pantalon en cas de pluie, vent, neige. Il est équipé de fermetures Eclair le long des jambes, ce qui vous permet de l’enfiler rapidement à tout moment sans avoir à enlever les chaussures

Les mains

  • une paire de gants fins en polaire, softshell ou cuir pour les montées au refuge
  • une paire de gants plus épais type gants de ski
  • une paire de MOUFLES TRÈS CHAUDES, imperméables et coupe-vent pour ceux et celles soufrant du syndrome de Reynaud.

Les pieds

  • des chaussures* de haute montagne rigides et cramponnables : elles se distinguent des chaussures de randonnée par leur rigidité qui vous permettra de cramponner sur la glace en assurant un bon maintien de la cheville et des crampons (débords avant et arrière). Elles offrent aussi une bonne étanchéité dans la neige ainsi qu’une excellente protection contre le froid
  • des chaussettes de randonnée ou d’alpinisme  : elles sont hautes car doivent monter au dessus du niveau de la chaussure pour éviter les échauffements, chaudes et bien ajustées, une paire suffit pour une course en montagne de 48 heures. Vous pouvez prendre également une paire de mini-chaussettes très légères à mettre au refuge le soir pendant que votre paire de chaussettes techniques sèchera
  • une paire de crampons* avec anti-botte en bon état adaptés à vos chaussures
  • un piolet d’alpinisme* léger et long, adapté à votre taille, il doit pratiquement toucher le sol lorsque vous le prenez en main bras tendu le long du corps
  • des guêtres qui serviront en cas de neige fraîche à vous garder les pieds au sec ; elles évitent aussi de s’accrocher les pointes des crampons dans le bas des pantalons

NB : tous les refuges sont équipés de crocs, vous n’avez donc pas besoin de prendre de chaussures supplémentaires.

Conseil de guide pour les courses de 48 heures : de manière générale, l’accès au refuge se faisant sur sentier, vous pouvez prévoir d’y monter et d’en descendre en baskets de trail (semelles avec crampons) afin de préserver vos pieds des échauffements que peut causer la rigidité des chaussures d’alpinisme (il vous faudra alors avoir vos chaussures d’alpinisme dans votre sac). Vous pourrez laisser vos baskets au refuge avant de partir pour l’ascension et les récupérer au retour.

Cela vous rajoute du poids mais peut s’avérer très appréciable pour ceux qui ont les pieds sensibles, à chacun de choisir...

Divers

  • une paire de bâtons* de marche télescopiques, non obligatoire mais très recommandé ; ils vous aideront à la montée (15% de l’effort généré par les bras) et soulageront vos genoux à la descente
  • l’eau  : prévoir des contenants pouvant vous assurer environ 2 litres d’eau, l’idéal étant une bouteille plastique d’un litre plus d’autres plus petites (environ 25 cl) pour les glisser dans votre veste au chaud près du corps. Les poches à eau avec pipette ne sont pas adaptées en haute altitude pour cause de gel !! Vous pouvez l’utiliser pour la montée en refuge
  • vivres de course (barres céréales, fruits secs..selon vos habitudes)
  • petit thermos 500ml max (non obligatoire, à voir en fonction de vos habitudes, une boisson chaude peut être réconfortante mais cela rajoute du poids...)
  • appareil photo : privilégiez un petit format que vous pourrez glisser dans votre poche, inutile de prévoir un gros appareil qui risque d’être endommagé, de vous entraver dans vos mouvements et de se décharger rapidement à cause du froid
  • petite pharmacie adaptée à vos besoins personnels, contenant aussi de l’élastoplaste et des pansements double peau pour d’éventuelles ampoules. Si vous prenez des médicaments, ne prendre que le nombre de comprimés dont vous aurez besoin. Prévoir quelques comprimés de paracétamol car il n’est pas rare de souffrir de maux de tête lorsque l’on est en altitude
  • micro trousse de toilette : uniquement le strict nécessaire (brosse à dent, mini tube de dentifrice...) et, très important, des boules Quies pour de bonnes nuits en refuge
  • un drap de sac (sac à viande) : obligatoire pour les nuits en refuge. Les refuges sont tous équipés d’oreillers et de couettes mais ceux-ci ne sont évidemment pas lavés après chaque passage
  • un sac poubelle pour isoler vos affaires mouillées en cas de pluie ou un sursac étanche
  • documents toujours utiles à avoir avec vous dans un petit sac étanche : pièce d’identité, les références de votre assurance assistance si vous n’avez pas souscrit le contrat que nous proposons, carte vitale
  • un peu d’argent liquide pour vos dépenses personnelles (boissons...) dans les refuges (de manière générale, les refuges n’acceptent pas les règlements par carte bancaire)

Et attention, tout ce qui précède doit rentrer dans :

  • Un sac à dos montagne d’environ 35 litres (40 litres max) avec porte-piolets et sangle ventrale. Le sac rempli ne doit pas excéder 9 kg, matériel technique compris (crampons, baudrier casque). Rappelez-vous que le poids est l’ennemi de l’alpiniste. Une fois votre sac rempli, il doit vous rester une petite place pour le pique-nique !

Avertissements Haute Montagne

Impondérables

La pratique de l’alpinisme est soumise à différents éléments que nous ne pouvons parfois ni
anticiper, ni maîtriser ; nous pouvons par conséquent être amenés à modifier le programme de
nos séjours haute montagne pour diverses raisons :

  • Si la météorologie et/ou les conditions nivologiques ne permettent pas de réaliser le
    programme prévu et/ou
  • s’il survient un retard dans l’ouverture ou une fermeture anticipée d’une remontée mécanique,

dans ces cas nous vous proposerons un programme alternatif parfois le jour même du départ.

Normes d’encadrement

Les conditions de la montagne évoluent au cours de l’été et peuvent parfois modifier les normes d’encadrement pour chaque ascension. Les normes d’encadrement définissent le nombre de personnes que le guide de haute montagne peut encadrer pour chaque course ; elles sont définies en fonction des capacités d’assurage qu’autorisent la difficulté et les conditions du moment et peuvent donc être modifiées en cours de saison.
Ces modifications peuvent avoir des répercutions sur le prix du séjour ou sur le programme envisagé. Votre inscription à un de nos séjours ou ascensions, sous-entend votre acceptation de ces éventuelles modifications.

Risques objectifs

La pratique de l’alpinisme vous expose à des risques aléatoires mais réels en particulier aux avalanches, chutes de pierres, chutes en crevasses, températures très basses….Pour limiter ces risques, il est indispensable de respecter les consignes de sécurité données par l’encadrant. Vous devez en être conscient(e) et accepter ces risques lors de votre inscription.

Santé

Nous ne demandons pas de certificat médical pour participer à nos stages, néanmoins il peut être utile de vérifier auprès de votre médecin traitant que vous ne présentez pas de contre-indication (notamment en cas de maladie chronique) à la pratique d’une activité physique soutenue en haute-montagne.

Si vous suivez un traitement particulier, nous vous demandons de nous en avertir afin d’être en mesure de prendre les dispositions adaptées en cas de besoin.

L’altitude peut provoquer lorsque l’on est pas suffisamment acclimaté un mal aigu des montagnes appelé aussi MAM. Il se traduit dans la plupart des cas par des maux de tête, des nausées, et un sentiment général d’inconfort mais peut parfois dans les cas les plus graves évoluer vers un œdème pulmonaire ou cérébral nécessitant une redescente immédiate.

C’est pourquoi il est toujours utile, avant tout séjour et dans la mesure du possible, de réaliser des randonnées en montagne ou moyenne montagne, notamment pour ceux qui vivent au niveau de la mer.

Condition physique et Expérience

La pratique de l’alpinisme, est exigeante physiquement. Votre endurance, votre résistance et votre capacité d’adaptation aux rigueurs de l’environnement en haute montagne seront mises à l’épreuve lors de votre séjour.
Pour en profiter dans les meilleures conditions, il est nécessaire d’être préparé physiquement.

Si vous êtes un bon randonneur ou pratiquez un sport d’endurance régulièrement, c’est la préparation idéale. Dans le cas contraire, nous vous conseillons de vous faire un programme d’entrainement dans les semaines/mois qui précèdent votre séjour : marche rapide (idéalement sur chemin et avec du dénivelé progressif), course à pied, vélo ou natation pratiqués à haute intensité…tous les sports qui permettent d’augmenter sa capacité cardio-respiratoire conviennent parfaitement.
Idéalement la préparation physique peut se faire par des randonnées de difficultés progressives si vous vivez en milieu montagnard ; réaliser une sortie de 1000 mètres de dénivelé sans souffrir vous assurera les qualités requises pour enchaîner les journées de ce haut tour des Ecrins.

Encadrement

Vous serez encadrés par Paulo Grobel guide de haute montagne diplômé du Brevet d’État d’Éducateur Sportif d’Alpinisme. Il sera équipé, d’une radio VHF reliée au standard des secours, ou d’un téléphone satellitaire ou d’un téléphone cellulaire. Il aura également une trousse de premier secours collectif.

Assurances

Tout participant à un stage ROC ÉCRINS doit être titulaire d’une responsabilité civile individuelle. En tant qu’organisateur de voyages nous possédons notre propre assurance responsabilité civile professionnelle. Pour pouvoir participer à l’un de nos stages, il est impératif que vous soyez couvert (frais de secours et de rapatriement) en cas d’incident ou d’accident survenant au cours de ce stage. Il vous appartient de bien vérifier les garanties proposées par votre contrat d’assurance personnel. Si vous ne possédez pas déjà une telle assurance, vous pouvez souscrire au contrat d’EUROP ASSISTANCE spécialement adapté à nos activités, lors de votre inscription. Le montant de l’assurance « ASSISTANCE » couvrant le rapatriement, les frais de secours et de recherche, représente 2,4% du prix du séjour. L’assurance « MULTIRISQUE » couvrant l’assistance, l’annulation, la perte de bagages, et l’interruption de séjour, représente 5,6% du prix du séjour.

Hébergement

Gîte à La Grave en chambre de 4 personnes.
Refuges de haute montagne (Chancel, La Selle, Chatelleret, Promontoire) en dortoir.

Transport et Bilan Carbone

Retour de La Bérarde à La Grave : transport en commun prévu dans le budget.

Votre Bilan Carbone : 22 Kg Co2

C’est la quantité de KgCO2 émis lors de votre séjour sur place pour votre déplacement sur les lieux d’activités !

Pour nous rejoindre :

Pourquoi ne pas faire du covoiturage, ou prendre le train ?

ROC ECRINS s’engage pour l’environnement, alors faites comme nous !

Une comparaison ? Cliquez sur le lien juste ici : http://www.ecopassenger.org/bin/que...

Covoiturage ? : Nous pouvons vous mettre en relation avec les autres participants. Contactez nous par mail ou par téléphone. https://www.blablacar.fr/

Compensez votre émission carbone !

Pour un arbre planté, 150 kg de CO2 stockées !
https://www.reforestaction.com/plan...

Rendez-vous

Le dimanche en fin d’après-midi (vers 17h15) au gîte à La Grave.

Accès

Si vous souhaitez venir en voiture :

  • Depuis le Nord , Autoroute A48 jusqu’à Grenoble, puis direction Briançon jusqu’à La Grave.
  • Par l’Italie, Autoroute A43 de la Maurienne par le tunnel du Fréjus, puis col de Montgenèvre, direction Briançon.
  • En venant du Sud, Autoroute A51 jusqu’à La Saulce, puis direction Briançon (RN 94). Suivre ensuite la direction de Grenoble via le col du Lautaret jusqu’à La Grave.

Prix

Prix par personne : 980,00 €
Le prix comprend:
  • L’encadrement par un guide de haute montagne et la prise en charge de ses repas et nuitées
  • Les remontées mécaniques du premier jour
  • L’hébergement en demi-pension en refuge de haute montagne et la nuit en gîte à La Grave la veille du départ
  • La réservation des hébergements et l’organisation générale
  • Le transport de retour à la Grave, le dernier jour
Le prix ne comprend pas:
  • Les pique-niques durant l’ensemble du séjour
  • Les frais à caractère personnel : apéro, boissons diverses...
  • La location éventuelle du matériel
  • Les assurances responsabilité civile, rapatriement et annulation
  • L’acheminement jusqu’au lieu de rendez-vous et depuis le lieu de séparation

De manière générale, tout ce qui n’est pas indiqué dans la rubrique « Le prix comprend ».

Modalités d’inscription

Pour vous inscrire :

  • remplissez le formulaire de pré-inscription en ligne
  • Suite à la validation de votre inscription de notre part (places disponibles et validation par notre guide référent), vous recevrez par email un contrat de réservation. Il présente le détail de votre réservation ainsi que le calendrier et les modalités de règlement.
  • A réception de ce contrat, vous disposez de 4 jours pour effectuer le règlement de l’acompte d’un montant de 30% suivant les modalités qui y figurent.
  • L’inscription définitive n’est prise en compte qu’à réception du paiement de l’acompte.
  • Le solde est à régler 45 jours avant la date de départ
  • Dans le cas d’une inscription à moins de 45 jours du départ, le montant total de la réservation devra être réglé à réception du contrat de réservation suivant les modalités qui y figurent.

Mode de paiement acceptés.
Virements, chèques bancaires, chèques vacances, espèces.

Tarifs des options

  Matériel

  Hébergement

  Autres