STAGE MONT BLANC 5 JOURS ASCENSION EN 3 JOURS du 3 juillet 2021 au 7 juillet 2021

Niveau technique
Massif : Mont Blanc
5 jours
4 personnes (Reste 4 places)
Tarifs : à partir de 1795 €

Parvenir au sommet du Mont Blanc, sommet mythique de l’Europe, est une sensation unique et indescriptible. Un mélange d’intense satisfaction, de joie, de soulagement...

C’est une ascension dont la cotation est PD (Peu Difficile), mais ne vous méprenez pas, il vous faudra être capable de puiser dans vos réserves et d’aller au bout de vous-mêmes pour atteindre ce sommet si convoité ! Les guides de haute montagne vous le diront : « c’est, dur ! Même pour nous qui passons notre été à crapahuter en montagne, cette ascension représente à chaque fois une épreuve physique soutenue et très intense ».

Si vous êtes prêt(e)s à relever le défi, nous vous proposons ce stage de 5 jours, une formule qui a fait ses preuves avec :

  • 2 jours d’acclimatation pendant lesquels nous réviserons les techniques de progression et de sécurité en neige et glace et ferons l’ascension d’un sommet qui vous confrontera aux mêmes difficultés techniques que lors de l’ascension du Mont Blanc
  • 3 jours consacrés au Mont Blanc, ce qui nous laisse 2 possibilités pour effectuer l’ascension du sommet 

    Tarif 2021 en cours de finalisation. Préinscription possible en ligne pour réserver vos dates. Contrat de réservation envoyé une fois les tarifs validés.

Déroulement du séjour

Jour 1 : Les Houches – refuge Albert 1er – école de glace

Le guide vous accueille à l’hôtel. Nous vérifions les sacs ensemble et récupérons le matériel loué (si il y a lieu). Vous devez arriver en tenue d’alpinisme avec votre sac prêt. Transfert jusqu’au village du Tour (20 minutes environ) puis départ pour le refuge Albert 1er en empruntant la télécabine puis le télésiège de Charamillon-Balme. Nous marcherons environ 2h30 pour atteindre le refuge situé sur la rive droite du glacier du Tour à 2702 mètres d’altitude.

L’après-midi nous évoluerons crampons aux pieds sur le glacier pour revoir les bases de l’évolution sur la neige et la glace. Nous reverrons l’utilisation du piolet et les techniques d’encordement essentielles pour aborder la suite du stage en sécurité.
Repas et nuit au refuge Albert 1er.

Dénivelé : + 500 m. Temps : environ 2h30. Ecole de rocher et /ou de neige 2h30 environ.

NB : avant le 20 Juin et après le 13 septembre (dates approximatives communiquées par la Compagnie du Mont Blanc et pouvant être modifiées en début de saison), le tramway du Mont Blanc étant fermé, l’ascension sera possible mais le dénivelé sera augmenté de 580m pour atteindre le refuge de Tête Rousse soit au total 1367m le troisième jour. La télécabine ainsi que le télésiège de Charamilon-Balme sont également fermés en début de saison (ouverture aux alentours du 8 Juin) soit un dénivelé augmenté de 700m le premier jour.

Jour 2 : refuge Albert 1er – sommet de l’Aiguille du Tour – Les Houches

Après un petit déjeuner consistant, départ dans la nuit pour le sommet de l’Aiguille du tour, 3529 m. Nous traverserons, encordés, le glacier du Tour pour gagner le col supérieur. Puis, après avoir longé l’immense plateau du Trient, nous évoluerons pour atteindre le sommet sur un versant rocheux peu difficile, idéal pour vous familiariser avec le coté aérien de l’alpinisme. Cet itinéraire fabuleux au cœur de la chaîne du Mont-Blanc vous permettra de perfectionner vos techniques d’évolution en neige et rocher. Vous retrouverez ce type de terrain lors de la montée au refuge du Goûter. Nous redescendrons ensuite jusqu’au refuge pour prendre un repas chaud. Descente tranquille en vallée en milieu d’après-midi en reprenant le télésiège ainsi que le télécabine. De retour, si vous le souhaitez vous pourrez vous détendre dans la piscine couverte et profiter du Hammam et du sauna de l’hôtel.
Repas et nuit à l’hôtel en vallée.

Dénivelés : + 820m et - 1320m.
Temps aller- retour : refuge-sommet : environ 5 à 6 heures.

NB : Le soir le guide vous fera part du bulletin météorologique qui conditionnera la possibilité d’envisager l’ascension du Mont-blanc.

Jour 3 : montée au refuge de Tête Rousse

Après avoir soigneusement fait votre sac avec l’aide de votre guide, nous prendrons le téléphérique des Houches en milieu de matinée. Nous monterons ensuite à bord du tramway du Mont-Blanc qui nous propulsera jusqu’au nid d’aigle à 2372m d’altitude. L’ascension du Mont-Blanc commence alors…. Sur un bon sentier parmi les bouquetins et les marmottes, nous monterons doucement vers le refuge de Tête Rousse. Nous prendrons le pique-nique en cours de route. Depuis le refuge vous pourrez détailler l’itinéraire qui donne accès au refuge du Goûter. Vous ferez connaissance en fin d’après-midi avec le guide renfort. Nous composerons alors les cordées pour l’ascension du lendemain.
Repas et nuit au refuge de Tête Rousse 3167m.

Dénivelé : + 800 m . Temps : environ 3 heures.

Jour 4 : ascension Mont-Blanc / montée au refuge du Goûter

Durant cette journée, deux options s’offrent à nous :

  • La première est de faire l’ascension du Mont-Blanc dans la journée si deux conditions sont réunies : votre condition physique vous le permet et les conditions méteo restent stables dans la journée. Cette option permet d’atteindre le sommet en décalé par rapport aux autres cordées donc de s’y retrouver presque seuls. Elle permet aussi de traverser le couloir du Goûter à une heure ou le regel nocturne limite les risques de chute de pierre. Nous éviterons aussi de croiser d’autres cordées sur l’arête du Goûter. Et enfin, nous évoluerons de jour du refuge du Gouter jusqu’au sommet, ainsi les températures plus douces rendent l’ascension plus agréable en limitant les risques de gelures.
    La seconde option est de faire l’ascension en 2 jours et de prendre notre temps pour monter doucement les 500 mètres qui nous séparent du refuge du Goûter. L’avantage est alors de vous préserver physiquement afin de mettre toute les chances de votre coté pour le lendemain. Au delà du refuge de Tête Rousse, encordés, casqués et crampons au pieds, nous traverserons rapidement le couloir du Goûter. Nous remonterons ensuite l’arête du Goûter parfois en neige et rocher jusqu’au refuge, 3817m où nous passerons la nuit.

Repas et nuit au refuge du Goûter.

Dénivelés : + 1645m / - 995m. Temps : environ 8 à 9 heures (première option) ; + 500m . Temps : environ 4 heures (seconde option).

Jour 5 : ascension du Mont-Blanc / descente en Vallée

Si option 1 : descente dans la matinée jusqu’en vallée.

Dans le cas de l’option 2, la journée commence en pleine nuit à 3h !! Doucement mais sûrement vous enchaînerez le Dôme du Goûter, puis le col du Dôme jusqu’au refuge-bivouac Vallot à 4362m. Après une pause à l’abri du vent et du froid, nous partirons vers l’arête des Bosses pour atteindre les 4810 mètres du Mont-Blanc. Du sommet, l’arc alpin déroule son échine dentelée fantastique. Descente prudente jusqu’au refuge du Goûter où nous reprendrons des forces pour repartir sereinement en vallée. Repas chaud au refuge de Tête Rousse ou bien au restaurant des Houches.
Restitution du matériel et séparation aux Houches.
Plusieurs paramètres conditionnent l’heure de votre retour en vallée. De manière générale, les fins de stage s’échelonnent entre 13h et 17h
.

Dénivelés : - 1450m. (Option 1) ; + 1000m. / -2570m. (Option 2)

Important

Le programme du stage est donné à titre indicatif. Le guide reste seul juge du programme qu’il peut modifier à tout instant, pour des raisons de sécurité, en fonction des conditions météorologiques, ou bien par rapport au niveau physique et technique des participants. En cas de bulletins météorologiques ne permettant pas d’envisager l’ascension du Mont-Blanc, le guide vous proposera un sommet de remplacement dans un massif où la météo se révèlerait plus favorable (ex : Massif du Grand Paradis : Le Grand Paradis 4061m, Massif des Ecrins : Dôme des Ecrins 4015m).

Projet pédagogique

Tout sera mis en œuvre pour vous permettre de réussir l’ascension du toit des Alpes mais attention, l’objectif n’est pas de vous préparer physiquement, vous devez arriver entrainé.
Au cours des deux premiers jours, le choix des courses a été fait pour vous préserver physiquement tout en vous acclimatant à l’altitude.
Durant l’école de neige et glace, le guide vous fera réviser les techniques de base de progression sur glacier : encordement, manipulation du piolet, utilisation des crampons suivant la configuration du terrain.

Notre conseil : Si vous êtes entraîné mais que vous n’avez pas d’expérience en haute montagne nous vous recommandons d’effectuer au préalable l’ascension d’un sommet sur 2 ou 3 jours.

Cette première expérience vous permettra de :

  • faire le point sur votre condition physique et vos aptitudes techniques en conditions réelles,
  • vous familiariser avec le milieu de la haute montagne (préparation et portage du sac, le matériel et les vêtements techniques, les nuits en refuges...),

et d’arriver ainsi bien préparé physiquement, techniquement mais également moralement pour profiter au mieux de cette magnifique expérience.

Nombre de participants

Compte-tenu de la course de préparation envisagée, nous limitons à 4 participants nos stages pour plus de sécurité et de disponibilité de la part du guide. Ce séjour est soumis à un nombre minimal de 4 participants, vous serez avisés au plus tard 7 jours avant le départ en cas d’annulation.

Dans la mesure du possible une solution de remplacement vous sera proposée.

Matériel à prévoir

Equipement personnel 

La pratique de la haute montagne impose d’être équipé pour faire face à toutes les conditions de temps et d’environnement qui peuvent se révéler très changeantes et très rapidement Un équipement adapté est gage de sécurité et représente une part essentielle de la réussite et du confort de votre ascension/séjour.

Vous n’utiliserez pas forcément tous les éléments de cette liste qui peut sembler impressionnante durant votre ascension/séjour, mais il vous faut néanmoins les avoir dans votre sac.

Tous ces équipements sont techniques et en général assez onéreux. Si vous êtes débutant et que vous souhaitez vivre une première expérience avant d’investir, sachez que nous proposons une partie des ces équipements à la location ; ils sont signalés par une * dans la liste ci-dessous, vous trouverez un tableau récapitulatif des tarifs de location dans la fiche d’inscription.

Important, si vous êtes équipés de votre matériel personnel : la législation à l’égard des E.P.I. (équipements de protection individuelle, il s’agit ici du casque, du baudrier, et des lunettes de soleil) limite l’utilisation du matériel dans le temps. Ils peuvent être utilisés pendant 5 ans à partir de la date d’achat. Au delà de cette date, votre équipement est considéré comme n’étant plus aux normes. Vous pouvez trouver toutes les infos concernant les E.P.I. ici > www.inrs.fr

La tête

En haute altitude, la neige réfléchit les UV et les rayons du soleil ne sont pas aussi bien filtrés par l’atmosphère ; même un ciel nuageux laisse passer 90% des UV, il est donc indispensable de se protéger contre les dangers du soleil.

  • Une paire de lunettes de soleil protection classe 4 est vivement conseillée pour tous et très fortement recommandée pour les yeux sensibles. Elles vous seront utiles lors d’un séjour au ski également.
  • crème solaire « écran total » (indice 50 recommandé) pour le visage et les lèvres ; pensez à prendre le format le plus petit possible (pas de gros tube)
  • une casquette pour la marche d’approche (privilégier un modèle souple sans grosses coutures que l’on peut porter sous le casque)
  • un masque de ski (indispensable en cas de rafales de vent ou de chutes de neige)
  • un bonnet qui peut se porter sous le casque (sans pompons)
  • un casque* agréé pour l’alpinisme ( 5 ans max depuis la date d’achat)
  • un tour de cou ou Buff (éviter les foulards)
  • une lampe frontale avec des piles chargées !!

Le corps

Le principe, lors d’un effort prolongé en altitude, est de pouvoir superposer différents vêtements en fonction de l’intensité de l’ effort et des conditions atmosphériques (température, vent, chute de neige, pluie), afin de rester le plus possible au sec.

NB : les vêtements de ski ne sont pas adaptés car souvent trop chauds , trop lourds et peu respirants.

Le haut

  • Première couche : un sous-vêtement technique (en mérinos, fibre de bois..., mais pas de coton) manches longues (pour vous protéger des UV et par sécurité en cas de chute).
  • Deuxième couche : une veste polaire ou soft shell légère*. L’idéal est qu’elle soit coupe-vent et respirante. A mettre dès que la température fraîchit, en général quand vous arrivez sur le glacier.
  • Troisième couche : une doudoune chaude et compressible (synthétique ou duvet, protection -10°C). Elle vous tiendra au chaud lors d’un arrêt prolongé sur l’itinéraire, au sommet le temps de faire les photos, sur la terrasse du refuge, et parfois même en marchant en cas de grand froid.
  • Quatrième couche : un coupe-vent type gore tex* protégeant contre la pluie et la neige. C’est la veste imperméable qui vous permet de rester au sec en cas d’intempéries. Elle doit être légère et respirante.
  • un baudrier* d’alpinisme (5 ans max depuis la date d’achat)

Le bas

  • un collant fin en polaire ou coton, idéalement ¾ pour ne pas faire de sur-épaisseur avec les chaussettes. Il vous servira en cas de grand froid, vous le mettrez si besoin au refuge au départ de l’ascension. Il pourra aussi vous servir de vêtement de nuit.
  • un pantalon d’alpinisme : un pantalon d’alpinisme est déperlant, coupe vent, respirant et résistant. Vous pouvez aussi prendre un pantalon de randonnée ou trekking pas trop léger. NB : les pantalons d’alpinisme n’existent pas à la location.
  • un sur-pantalon* en GoreTex ou matière équivalente : c’est un pantalon très léger que vous mettrez sur votre pantalon en cas de pluie, vent, neige. Il est équipé de fermetures Eclair le long des jambes, ce qui vous permet de l’enfiler rapidement à tout moment sans avoir à enlever les chaussures.

Les mains

  • une paire de gants fins en polaire, softshell ou cuir pour les montées au refuge
  • une paire de gants plus épais type gants de ski
  • une paire de MOUFLES TRÈS CHAUDES, imperméables et coupe-vent que vous mettrez par dessus les gants fins quand vous serez au sommet et pour la descente.

Les pieds

  • des chaussures* de haute montagne rigides et cramponnables : elles se distinguent des chaussures de randonnée par leur rigidité qui vous permettra de cramponner sur la glace en assurant un bon maintien de la cheville et des crampons (débords avant et arrière). Elles offrent aussi une bonne étanchéité dans la neige ainsi qu’une excellente protection contre le froid.
  • des chaussettes de randonnée ou d’alpinisme  : elles sont hautes car doivent monter au dessus du niveau de la chaussure pour éviter les échauffements, chaudes et bien ajustées, une paire suffit pour une course en montagne de 48 heures. Vous pouvez prendre également une paire de mini-chaussettes très légères à mettre au refuge le soir pendant que votre paire de chaussettes techniques sèchera.
  • une paire de crampons* avec anti-botte en bon état adaptés à vos chaussures,
  • un piolet d’alpinisme* léger et long, adapté à votre taille, il doit pratiquement toucher le sol lorsque vous le prenez en main bras tendu le long du corps.
  • des guêtres qui serviront en cas de neige fraîche à vous garder les pieds au sec ; elles évitent aussi de s’accrocher les pointes des crampons dans le bas des pantalons.

NB : tous les refuges sont équipés de crocs, vous n’avez donc pas besoin de prendre de chaussures supplémentaires.

Conseil de guide pour les courses de 48 heures : de manière générale, l’accès au refuge se faisant sur sentier, vous pouvez prévoir d’y monter et d’en descendre en baskets de trail (semelles avec crampons) afin de préserver vos pieds des échauffements que peut causer la rigidité des chaussures d’alpinisme (il vous faudra alors avoir vos chaussures d’alpinisme dans votre sac). Vous pourrez laisser vos baskets au refuge avant de partir pour l’ascension et les récupérer au retour.

Cela vous rajoute du poids mais peut s’avérer très appréciable pour ceux qui ont les pieds sensibles, à chacun de choisir...

Divers

  • une paire de bâtons* de marche télescopiques, non obligatoire mais très recommandé ; ils vous aideront à la montée (15% de l’effort généré par les bras) et soulageront vos genoux à la descente.
  • l’eau  : prévoir des contenants pouvant vous assurer environ 2 litres d’eau, l’idéal étant une bouteille plastique d’un litre plus d’autres plus petites (environ 25 cl) pour les glisser dans votre veste au chaud près du corps. Les poches à eau avec pipette ne sont pas adaptées en haute altitude pour cause de gel !! Vous pouvez l’utiliser pour la montée en refuge.
  • vivres de course (barres céréales, fruits secs..selon vos habitudes),
  • petit thermos 500ML max (non obligatoire, à voir en fonction de vos habitudes, une boisson chaude peut être réconfortante mais cela rajoute du poids...)
  • appareil photo : privilégiez un petit format que vous pourrez glisser dans votre poche, inutile de prévoir un gros appareil qui risque d’être endommagé, de vous entraver dans vos mouvements et de se décharger rapidement à cause du froid.
  • petite pharmacie adaptée à vos besoins personnels, contenant aussi de l’élastoplaste et des pansements double peau pour d’éventuelles ampoules. Si vous prenez des médicaments, ne prendre que le nombre de comprimés dont vous aurez besoin. Prévoir quelques comprimés de paracétamol car il n’est pas rare de souffrir de maux de tête lorsque l’on est en altitude.
  • micro trousse de toilette : uniquement le strict nécessaire (brosse à dent, mini tube de dentifrice...) et, très important, des boules Quies pour de bonnes nuits en refuge.
  • un drap de sac (sac à viande) : obligatoire pour les nuits en refuge. Les refuges sont tous équipés d’oreillers et de couettes mais ceux-ci ne sont évidemment pas lavés après chaque passage.
  • un sac poubelle pour isoler vos affaires mouillées en cas de pluie ou un sursac étanche.
  • documents toujours utiles à avoir avec vous dans un petit sac étanche : pièce d’identité, les références de votre assurance assistance si vous n’avez pas souscrit le contrat que nous proposons, carte vitale.
  • un peu d’argent liquide pour vos dépenses personnelles (boissons...) dans les refuges (de manière générale, les refuges n’acceptent pas les règlements par carte bancaire)

Et attention, tout ce qui précède doit rentrer dans

  • Un sac à dos montagne d’environ 35 litres (40 litres max) avec porte-piolets et sangle ventrale. Le sac rempli ne doit pas excéder 9 kg, matériel technique compris (crampons, baudrier casque). Rappelez-vous que le poids est l’ennemi de l’alpiniste. Une fois votre sac rempli, il doit vous rester une petite place pour le pique-nique !

Avertissements montagne

L’ascension du Mont-Blanc est un itinéraire de haute montagne demandant des compétences propre à l’alpinisme. L’itinéraire peut être vertigineux et exposé aux risques naturels : chutes de pierres, crevasses, avalanches.
Au-dessus de 4000 mètres les conditions météorologiques peuvent être extrêmes : le vent, la neige ou le froid peuvent rendre l’ascension impossible car trop dangereuse. Nous essayons d’anticiper au mieux afin de prendre les meilleures décisions mais dans tous les cas, notre priorité ira toujours à la sécurité. Le guide de haute montagne qui vous accompagne connaît parfaitement le Mont-Blanc et sera le mieux à même d’évaluer la faisabilité de l’ascension. En dernier recours, il prendra la décision de continuer ou non l’ascension. En cas d’impossibilité de tenter l’ascension du Mont-Blanc suivant les données du bulletin météo deux jours avant, nous organisons un programme alternatif en fonction des conditions. Le principe du stage étant de partager un engagement pour la durée des 5 jours, ceci exclut toute possibilité de report ou d’annulation en cours de stage.

Si, par ailleurs, à l’issue des trois premiers jours, le guide considère que votre condition physique et/ou votre mental ne peuvent vous permettre d’envisager l’ascension du Mont-Blanc sans compromettre votre sécurité et celle de la cordée, il vous en fera part. Vous devrez alors quitter le stage à moins qu’un autre participant soit dans le même cas que vous, vous pourrez alors composer une cordée pour un autre sommet. En aucun cas cette interruption ne pourra donner lieu à un remboursement ou au versement d’indemnités.

La pratique de l’alpinisme est soumise à différents éléments que nous ne pouvons parfois ni anticiper, ni maîtriser ; nous pouvons par conséquent être amenés à modifier le programme de nos séjours haute montagne pour diverses raisons :

  •  si la météorologie et/ou les conditions nivologiques ne permettent pas de réaliser le programme prévu et/ou
  • s’il survient un retard dans l’ouverture ou une fermeture anticipée d’une remontée mécanique ou d’un refuge,
    dans ces cas nous vous proposerons un programme alternatif parfois le jour même du départ.

Par ailleurs, les conditions de la montagne évoluent au cours de l’été et peuvent parfois modifier les normes d’encadrement pour chaque ascension. Les normes d’encadrement définissent le nombre de personnes que le guide de haute montagne peut encadrer pour chaque course ; elles sont définies en fonction des capacités d’assurage qu’autorisent la difficulté et les conditions du moment et peuvent donc être modifiées en cours de saison.
Ces modifications peuvent avoir des répercutions sur le prix du séjour ou sur le programme envisagé. Votre inscription à un de nos séjours ou ascensions, sous-entend votre acceptation de ces éventuelles modifications.é de l’ascension

COVID-19 : mesures exceptionnelles

Afin de respecter les exigences sanitaires liées au covid-19, des mesures particulières vont s’appliquer dans les refuges pour cette saison, notamment un nombre de places restreint.

Vous serez hébergés dans le même dortoir que vos compagnons de cordée mais, exceptionnellement cette année les refuges ne fourniront ni couvertures, ni oreillers, ni crocs pour se déplacer dans les refuges. 
Il vous faudra par conséquent prévoir en plus de la liste indiquée sur la fiche technique (cf. matériel à prévoir) : un duvet léger (+5° +10°), des crocs ou tongs ainsi qu’un masque et du gel hydroalcoolique. 

Il vous est par aileurs demandé de veiller au respect des consignes de bonnes pratiques suivantes : 
Avant de monter :

  • Je réserve obligatoirement ma nuitée avant de monter, et même pour manger à midi : sur le site web du refuge ou par téléphone auprès du gardien.
  • Je me renseigne sur les préconisations sanitaires mises en place dans ce refuge (voir ci-dessous).
  • Je monte avec mon matériel personnel : masque, gel hydroalcoolique, sac à viande et/ou duvet, tongs pour être confort au refuge (pas de crocs en refuge, pas de draps, pas d’oreiller).
  • Je monte uniquement si je suis en bonne santé, pour me protéger et protéger les autres
  • Je signe la charte d’engagement individuelle pour un séjour en refuge et je la remet au gardien (sur papier ou par mail).

Au refuge :

  • Je me lave les mains, si possible sur le point d’eau extérieur, avant d’entrer dans le refuge.
  • Je m’informe sur les mesures de préconisations sanitaires mises en place (circulations, disposition des tables, des dortoirs...) et les respecte scrupuleusement.
  • Je respecte les principes de distanciation physique avec les autres usagers, ainsi qu’avec le gardien.
  • Je porte un masque si impossibilité de respecter la distanciation d’un mètre.
  • Je participe activement pour soulager le travail du gardien, plus important dans cette période : nettoyage des sanitaires après mon passage, nettoyage du dortoir après la nuitée.
  • Je profite de mon séjour dans la bonne humeur !

A la descente :

  • Je descends mes déchets.
  • J’informe immédiatement le gardien si je suis malade après mon séjour, afin de pouvoir prévenir les autres usagers."

Enfin, les refuges du CAF ont édité une "Charte d’engagement individuel pour un séjour en refuge de montagne en sécurité, pour moi et pour les autres" qu’il vous sera demandé de signer au début de votre séjour. Cette charte sur laquelle figureront les coordonnées (nom, prénom, téléphone, adresse mail...) de chaque compagnon de cordée sera remise aux refuges lors de votre arrivée sur place. Le guide vous fera donc signer une charte par refuge fréquenté.

Pour votre information, voici le texte de la charte : 

Dans le contexte sanitaire lié au COVID-19, la responsabilité individuelle de chacun pour limiter les effets de la pandémie est fondamentale. C’est également le cas en montagne, et plus particulièrement en refuge. Les gardiens et propriétaires de refuge ont adapté l’organisation et le fonctionnement des refuges pour vous accueillir dans les meilleures conditions possibles.
Le respect par chacun des mesures et protocoles mis en place est essentiel.
C’est pourquoi, pour confirmer ma réservation obligatoire de mon séjour en refuge de montagne,

J’atteste par la présente :
 Avoir conscience que dans le contexte sanitaire actuel, le fonctionnement, les conditions d’accueil et les services proposés par le refuge ne seront pas les mêmes qu’habituellement ;
 Avoir pris connaissance du matériel spécifique que je dois amener en conséquence pour moi et pour mon groupe pour pouvoir séjourner dans le refuge (équipement de protection et de désinfection individuels, literie, duvet, linge personnel...).
 Être conscient que le non-respect des consignes sanitaires pourra entraîner l’annulation de ma réservation par le gardien afin d’assurer la sécurité du plus grand nombre face à l’épidémie.

Je m’engage par ailleurs :
 A ne pas monter en refuge si quelqu’un de mon groupe constitué ou moi-même présentons des symptômes potentiels du COVID-19 (toux, fièvre >37,8°C, diarrhée, nausées, rhume, grande fatigue, conjonctivite, perte de goût ou d’odorat) ;
 A respecter les conditions de ma réservation (nombre de personnes, composition du groupe, nombre de nuitées, type de service (bivouac ou dortoir), heure d’arrivée et de repas...) ;
 A me laver les mains avec du savon avant d’entrer dans le refuge ;
 A respecter les gestes barrières (distanciation physique, désinfection des mains, port du masque, sens de circulation dans les bâtiments, ...) et les règles de vie en refuge qui ont été adaptées à chaque refuge et présenté dans le protocole sanitaire particulier disponible sur le site internet du refuge et présenté par le gardien à mon arrivée ;
 A apporter tout le matériel adéquat nécessaire à la sécurité sanitaire de mon groupe le cas échéant et de moi-même (gel hydro-alcoolique, masque,...) en plus matériel classique nécessaire à ma sécurité en montagne ;
 A prendre en charge lors de mon départ du refuge l’ensemble du matériel utilisé lors de mon séjour et tout particulièrement les protections à usage unique utilisées lors de mon couchage.
Date, nom et Signature

Encadrement

Vous serez encadrés par un Guide de haute montagne diplômé du Brevet d’Etat d’Educateur Sportif d’Alpinisme. Il sera équipé suivant le massif, d’une radio VHF reliée au standard des secours ou d’un téléphone satellitaire ou d’un téléphone cellulaire. Il aura également une trousse de premiers secours collective. Lors de l’ascension du Mont-Blanc un guide supplémentaire viendra constituer la deuxième cordée (1 guide pour 2 participants).

Assurances

Tout participant à un stage ROC ÉCRINS doit être titulaire d’une responsabilité civile individuelle. En tant qu’organisateur de voyages nous possédons notre propre assurance responsabilité civile professionnelle. Pour pouvoir participer à l’un de nos stages, il est impératif que vous soyez couvert (frais de secours et de rapatriement) en cas d’incident ou d’accident survenant au cours de ce stage. Si vous ne possédez pas déjà une telle assurance, vous pouvez souscrire au contrat d’Europe Assistance spécialement adapté à nos activités, lors de votre inscription. Le montant de l’assurance « ASSISTANCE » couvrant le rapatriement, les frais de secours et de recherche, représente 2,3% du prix du séjour. L’assurance « ANNULATION » couvrant l’annulation et la perte de bagages, représente 3,7 % du séjour. Si vous achetez les deux assurances, vous serez également couvert en interruption de séjour.

Hébergement

Le premier soir, nous dormirons au tout nouveau refuge Albert 1er entièrement rénové. Nuitées en dortoir (couvertures fournies, prévoir un draps de sac), toilettes et lavabos communs, pas de douche mais de l’eau pour la toilette. Repas copieux et consistants.

A l’issue de la deuxième journée, nous dormirons dans la vallée à l’hôtel aux Houches. Un lieu agréable et confortable où l’accueil est chaleureux et convivial. Wifi, sauna, hammam, piscine intérieure chauffée, sont les services auxquels vous aurez accès. Hébergement en chambres spacieuses de 4 personnes, équipées de sanitaires privatifs. Repas copieux et petits-déjeuner variés et équilibrés.

Nous passerons notre troisième nuit confortablement installés dans le refuge de Tête Rousse. Reconstruit il y a 6 ans, le refuge offre depuis la salle à manger un magnifique panorama sur la vallée de l’Arve et la face Nord de Bionnassay. Pas d’eau disponible au refuge. Eau en bouteille comprise dans le prix du séjour. Nuit en dortoir de 6 à 8 places.

Le dernier soir nous serons perchés à 3815m dans le refuge du Goûter, le refuge le plus haut de France. Le nouveau refuge est un bâtiment aux normes Haute Qualité Environnementale (HQE). Bien isolé, insonorisé et spacieux, vous y serez à votre aise. La vue sur la vallée de l’Arve et l’arête de Bionnassay est fantastique. Le coucher du soleil est incroyable. Il n’y a pas d’eau disponible au refuge. Eau en bouteille comprise dans le prix du séjour (1,5l/personne + 1 boisson).

Pour les titulaires de la carte d’adhésion au Club Alpin Français : nous vous remboursons la remise appliquée par le refuge, sur présentation de la carte. Remboursement effectif en fin de séjour suite à réception des factures.

Ces hébergements vous sont proposés sous réserve de disponibilités au moment des réservations.

Important

La règlementation concernant l’accès aux refuges de la voie normale du Mont Blanc (refuges du Nid d’Aigle, de Tête Rousse et du Goûter) a été modifiée au printemps 2019. Elle impose désormais de renseigner les identités (nom, prénom, date de naissance et nationalité) des participants lors de la réservation des places. La confirmation de ce séjour est donc soumise à l’obtention des places en refuges. Nous vous conseillons dès lors de vous inscrire le plus tôt possible.

Transport

Les transferts depuis le lieu de rendez-vous jusqu’au départ des ascensions seront assurés avec le véhicule ROC ÉCRINS. Si celui-ci n’est pas disponible, les transferts seront assurés par le guide avec son véhicule personnel. Pour celles et ceux venant en voiture nous pourrons être amenés à vous demander d’utiliser votre véhicule.

Rendez-vous

Heure du rendez-vous:

8:30

le premier jour aux Houches (74310).

Accès

Comment venir aux Houches

Si vous venez en train,

  • Liaison TGV Paris-Bellegarde et TGV Marseille-Lyon, TER en correspondance jusqu’à Les Houches
  • la ligne SNCF dessert tous les villages de St Gervais-les-bains-le Fayet à Martigny (Suisse) en passant par Servoz, Les Houches, Chamonix, Argentière et Vallorcine.

Si vous venez en voiture,

  • Depuis l’Italie, Autoroute A5 jusqu’à AOSTE, Suivre direction Courmayer. entrer en France par le tunnel du Mont Blanc jusqu’à Les Houches
  • En venant du Sud, Autoroute A7 jusqu’à Valence, prendre la A49 jusqu’à Voreppe, suivre direction Chambery et Genève pour rejoindre l’Autoroute Blanche jusqu’à Les Houches.
  • Depuis le Nord, Autoroute A6 puis A40 jusqu’à Macon, Autoroute Blanche puis N205 direction Les Houches.

Si vous venez en avion,

Aéroport International de Genève

  • La compagnie de bus SAT assure des liaisons quotidiennes entre l’aéroport de Genève et Chamonix www.sat-montblanc.com
  • Liaison ferroviaire Léman Express entre l’aéroport de Genève et la gare de St Gervais- Le Fayet

Prix

Prix par personne : 1795 €
Le prix comprend:
  • L’encadrement par deux guides de haute montagne diplômés d’état, la prise en charge de leurs repas, nuitées et remontées mécaniques. Un guide les deux premiers jours plus un guide renfort les trois derniers jours
  • L’hébergement et la réservation des refuges de haute montagne et de l’hôtel lors de la nuit en vallée, en pension complète du premier soir au dernier jour à midi (repas chaud du midi au refuge Albert 1er le 2ème jour, pique-niques en montagne les 3ème et 4ème jours et repas chaud au refuge de Tête Rousse ou au restaurant des Houches suivant l’horaire de descente le dernier jour)
  • L’eau minérale aux refuges de Tête Rousse et du Goûter (1,5L par personne + 1,5l pour 3 pendant le repas) ainsi qu’une boisson au refuge du Goûter
  • Les remontées mécaniques nécessaires au bon déroulement du séjour
  • L’organisation générale, la réservation des hébergements, du guide, du matériel et la gestion votre inscription
Le prix ne comprend pas:
  • Le pique-nique du premier jour
  • Les frais à caractère personnel : apéro, boissons diverses...
  • La location éventuelle du matériel
  • Les assurances responsabilité civile, rapatriement et annulation
  • L’ acheminement jusqu’au lieu de rendez-vous et depuis le lieu de séparation

De manière générale, tout ce qui n’est pas indiqué dans la rubrique « Le prix comprend ».

Modalités d’inscription

Pour vous inscrire :

  • remplissez le formulaire de pré-inscription en ligne
  • Suite à la validation de votre inscription de notre part (places disponibles et validation par notre guide référent), vous recevrez par email un contrat de réservation. Il présente le détail de votre réservation ainsi que le calendrier et les modalités de règlement.
  • A réception de ce contrat, vous disposez de 4 jours pour effectuer le règlement de l’acompte d’un montant de 30% suivant les modalités qui y figurent.
  • L’inscription définitive n’est prise en compte qu’à réception du paiement de l’acompte.
  • Le solde est à régler 45 jours avant la date de départ
  • Dans le cas d’une inscription à moins de 45 jours du départ, le montant total de la réservation devra être réglé à réception du contrat de réservation suivant les modalités qui y figurent.